Publié par : aprezman | 23 septembre 2008

Lettre des traducteurs aux fans de Claymore

Faisant suite à mon premier billet sur Claymore, voici comme promis une mise au point des choix de traduction qui ont pu gêner certains de nos lecteurs.

Nous détaillerons ces éléments en deux parties distinctes.

 

1) Les prénoms et les termes japonais

L’histoire de Claymore se déroule dans un univers de type « européen ». À l’origine, les épées dites « Claymores » étaient utilisées au XVIème siècle par les Highlanders, les guerriers d’Ecosse. Elles étaient d’ailleurs les seules à être portées dans le dos, ce qui explique sans doute l’attachement de l’auteur à leur égard.

En outre, les vêtements, l’architecture, les armures et les armes font assez explicitement référence à l’histoire de France et à sa période moyenâgeuse. L’auteur a d’ailleurs pris soin d’émailler son œuvre de nombreux clins d’œil, comme en témoignent les personnages de « Louvre » ou d’ « Orsay ». Claymore est une série sans doute très exotique pour un public japonais. Mais elle doit aussi cet exotisme du fait qu’elle se prête idéalement à une francisation naturelle.

Un exemple : Galatea vient du grec Galateia et est retranscrit chez nous Galatée, en référence à la statue d’ivoire dont s’éprend Pygmalion.

Un autre exemple : la planète Pluton se prononce Pluto en anglais (et donc en japonais, dont l’anglais reste le maître étalon en matière de retranscriptions étrangères). Mais dans la version française du manga Sailor Moon, les noms des guerrières ont été naturellement adaptées en Sailor Saturne (avec un « e » à la fin) ou en Sailor Pluton. C’est la retranscription logique du manga dans notre langue. Et tout le monde l’a parfaitement adoptée.

C’est aussi pour cette raison que nous avons systématiquement remplacé les termes japonais, tels « yôki » ou « yôma », qui n’ont strictement rien à faire dans un tel univers. Ceux ou celles qui ont lu « La rose de Versailles » auront probablement deviné que ce manga est truffé de termes français dans sa version japonaise, car le cadre s’y prête à 100%.

Si Claymore s’était déroulé au Japon, les choses auraient été différentes et il est probable que nous aurions respecté la consonance nipponne.

Il ne s’agit donc pas de trahir l’œuvre, mais au contraire de faciliter l’immersion du lecteur dans un univers beaucoup plus proche de nous, Français, que ce que certains imaginent.

2) L’influence des scantrads

Apparemment, certains lecteurs éprouvent des difficultés à s’approprier notre traduction et à « rentrer dedans », parce qu’ils se sont d’abord habitués à lire les scans de la série et qu’ils ne retrouvent pas les mêmes noms ou les mêmes termes. Mais il faut bien garder en tête que ces scans ne sont pas la version officielle. Nous tenons aussi à rappeler qu’avant même la conception du dessin animé (qui a fait découvrir l’œuvre à beaucoup d’entre vous) plusieurs volumes du manga avaient déjà été adaptés par nos soins chez Glénat, adaptation que certains fans ont tout simplement ignoré. Il est pourtant déplacé de s’autoproclamer puriste lorsqu’on se contente d’une traduction de traduction, certains groupes ayant « traduit » Claymore de l’américain. Mais ce n’est pas notre cas. Nous traduisons Claymore directement du japonais, et nous nous appliquons autant que possible à retranscrire au mieux toutes ses subtilités, en particulier les niveaux de langue. Certains personnages s’expriment sèchement, d’autres sont en proie à la schizophrénie, certains parlent de façon extrêmement vulgaire et d’autres avec emphase dans un style très soutenu. Une série ne se traduit pas mot à mot, littéralement. Il faut s’imprégner de son atmosphère pour arriver à la retranscrire au mieux dans une autre langue. Même si nous ne sommes jamais à l’abri d’erreurs ou de tâtonnements, c’est toujours dans cet état d’esprit que nous effectuons notre travail.

En tant que traducteurs japonais-français, nous devons également satisfaire aux canons de lecture de la langue française, où les répétitions à outrance sont malvenues. C’est la raison pour laquelle nous essayons d’apporter un peu de variété dans les termes employés. Ainsi, la répétition systématique des mots « épée » ou « guerrière » aurait fini par devenir franchement incongrue. Personne ne parle comme cela. Alors certes, on peut entrer dans les détails et expliquer certains choix, comme le « sabre véloce ». Littéralement, un sabre diffère effectivement d’une épée, mais les techniques de combat dans Claymore doivent être avant tout perçues comme des évocations, des tableaux imagés. Vous remarquerez à quel point certains personnages détournent leurs armes de leur usage initial et leur confèrent des attributs liés, par exemple, aux animaux : un faucon ou un serpent qui ondule (l’arme d’Ophélie). Répéter constamment « épée de ceci », « épée de cela », aurait fini par tuer toutes ces évocations, et rendre la traduction beaucoup trop terre à terre.

Un autre point à soulever, concernant le mot « soldate ». Il a été choisi en complément du mot « guerrière » pour sa consonance militaire, que certains lecteurs semblent regretter. Mais c’est justement pour cela que nous l’avons choisi, l’organisation étant une structure totalement militaire, fonctionnant selon des codes stricts et un sens de la hiérarchie à toute épreuve. Remplacez les numéros par des grades, et vous obtiendrez l’équivalent d’une véritable armée…

 

En résumé, en tant que fans, vous avez parfaitement raison de nous faire part de vos remarques concernant nos choix (elles sont toujours les bienvenues), mais pas sous le prétexte que notre version diffère des scans.

C’est un argument que nous ne pouvons prendre en considération, puisque, comme je l’ai expliqué plus haut, nous travaillons directement à partir de la version japonaise.

En revanche, certains d’entre vous ont signalé des erreurs, comme les changements de noms d’un volume à l’autre, tels Noëlle après Noël, ou Alicia après Alice. Nous le regrettons. Il nous arrive encore de devoir nous adapter au fur et à mesure de la série à certains choix, et nous en sommes les premiers désolés. Nous nous appliquerons au mieux pour que ceci ne se reproduise plus.

Merci de votre attention et de votre intérêt pour cette belle série !

 

PS : Satoko et moi sommes également curieux de lire vos opinions (si vous en avez) concernant nos traductions sur d’autres séries : Neuro, Baptism, Ultra Heaven, Brothers, Oh-Roh chez Glénat, et Shin Chan chez Casterman.

Publicités

Responses

  1. Oui et bien je vous remercie d’avoir répondu aux quelques questions que j’avais en tête, et notamment en ce qui concerné les noms.

    C’est vrai que l’auteur fait beaucoup référence au décor français dans son œuvre et je vois là que c’était presque « logique » d’adapter la traduction.

    Merci encore pour ces réponses très instructives. Bonne continuation Anthony et Satoko.

  2. Pour Claymore, pourquoi avez vous traduit Flora en Flore alors que le premier existe en français.

  3. C’est un choix purement arbitraire, que nous assumons.

  4. Merci beaucoup pour vos réponses, elles éclairent très bien vos choix.

    Par ailleurs je voulais vous féliciter pour la traduction des tons des personnages, que je trouve très réussie.

    J’aurai une question sur le nom de l’homme en noir (superviseur) de Galatée : Hermite, d’où vient ce choix de l’écrire avec un h ? Son nom, est-ce comme pour Louvre et Orsay une référence à un musée (Ermitage ?) ou à une vie d’ermite, ou encore à autre chose ?

  5. Les deux orthographes sont correctes, y compris pour désigner le fameux musée de Saint-Pétersbourg. Après, là encore, il s’agit d’un choix, et comme tel il est voué à ne pas toujours faire l’unanimité.

  6. Très bien, merci pour votre réponse.

  7. Intéressant article. Très clair et agréable à lire avec votre français impeccable. Enfin, j’arrête de prendre votre défense aux fans râleurs! Je suis heureuse que vous avez pris l’initiative d’éclairer certains points de la traduction aux fans mécontents ou confus.

    C’est compréhensible au sujet de petites modifications. D’accord.

    Si je me rappelle bien, Tome 1 de Claymore a été publié en novembre 2006. Je me souviens de l’avoir feuilleté parce que la couverture m’avait attiré mais je n’avais pas trop apprécié à cette époque. C’est grâce aux autres personnages que je commence à aimer vraiment le manga.

    Le dessin animé Claymore a justement contribué à découvrir le manga Claymore et à accroître sa popularité. Vous n’êtes pas sans savoir que les fans ont entendu la version originale les prénoms anglophones et ont devenu les partisans de ces prénoms. Donc pas très étonnant qu’ils ont protesté au sujet des prénoms francisés.

    Au sujet de l’architecture médiévale, je pense que Yagi et ses assistants ne se sont pas suffisamment renseignés à ce sujet et utilisent les préjugés ou alors, ils sont fortement influencés par les lectures ou les films qui sont en rapport avec le monde médiéval-fantasy. L’architecture dans ce manga ne ressemble pas du tout à l’architecture médiéval. Elle évoque plus à celle de 18è/ 19è siècle. La plupart des bâtiments sont en bois, en chaume (pour les toits), en torchis ou en briques. Les bâtiments en pierre sont un vrai luxe.

    Puis, il y a d’autre chose que j’aimerais d’en parler: ce sont en général les écrivains anglophones qui publient les romans médiéval-fantasy. Certains lecteurs de Claymore sont férus des romans médieval-fantasy donc habitués du monde fantasy, ont problablement l’habitude de lire les prénoms anglais ou celtiques ou encore gaéliques, sont forcément gênés par les prénoms francisés.

    Je crois que mes derniers paragraphes sont un peu confus mais j’espère qu’ils sont compréhensibles.

    Bon, je crois que ce sera tout et désolée, je ne lis aucun des autres mangas traduits par vous donc je ne peux donner mon avis.

    yyn

  8. Merci beaucoup pour ces explications, elle explique beaucoup de choses sur l’origine de cette francisation.
    Même si le terme de « sabre véloce » me plaît pas vraiment.
    Mais ceci est votre choix de professionnel et je le respect.
    En vous remerciant encore de nous permettre de lire toute ces différente œuvre.

  9. Merci pour votre intéressant commentaire, Yukiyoruno. J’ai bien conscience qu’une partie des lecteurs sont influencés par la traduction du dessin animé qu’ils ont découvert en premier lieu. Mais cette popularité relative suffit-elle à imposer des choix de traduction plus que douteux ? Est-ce notre travail à nous que de nous baser sur une traduction d’amateurs, même s’ils sont les plus enthousiastes du monde ? J’ai moi-même été fan de manga. Je connais bien le plaisir que l’on ressent à se passionner pour une série méconnue et à la faire découvrir aux « mécréants » avec la satisfaction jubilatoire de « ceux qui savent ». Mais s’il s’agit d’imposer ses vues pour une question d’ego, je ne suis pas certain que cela serve au mieux la série. On a vu ce que cela a pu donner avec Berserk, où pendant longtemps de nombreux fans ont soutenu que Guts devait s’écrire « Gatsu »…

  10. Tout d’abord, Je me joins aux autres fans de Claymore ici présents pour vous remercier d’avoir pris la peine de répondre à toutes ces questions. Discuter de ses choix personnels n’est pas toujours chose aisée mais il me semble que vous vous en êtes plutôt bien sortis ;).
    Il n’en reste pas moins que vous serez toujours confrontés à la vigilance des lecteurs … lesquels n’hésiteront pas à remettre en question certains choix plutôt subjectifs.

    Me concernant, je n’ai jamais eu de remarques particulières à formuler par rapport à vos traductions. En premier lieu, j’ai assimilé cela à un manque d’exigence de ma part ou à une inexpérience de l’univers Manga (Claymore étant à l’heure actuelle ma seule lecture dans ce domaine). Mais, en y réfléchissant bien, je pense que je m’attache très peu aux mots en eux-même mais plutôt à leurs sens et à la place qu’ils tiennent dans la compréhension globale de l’histoire. Hors, de ce point de vue là, je n’ai vraiment rien à vous reprocher…pour le moment.

    Bonne continuation Satoko et Anthony !

  11. Merci pour ces intéressantes précisions. Je comprends maintenant mieux votre choix pour la traduction de la technique d’Irène.

    Concernant le « cas » Noël/Noëlle, je trouve que Noëlle est plus dans le ton de votre traduction que Noël, qui est la version masculine de ce prénom et donc peut « choquer » un peu le lecteur français.

    En revanche, pourquoi Bethe et non Beth ?

  12. J’ai une question, dans l’un des 2 derniers tome, vous avez utilisé les 2 termes de soldate et de guerrière!!!!

    • Quelle est la question exactement ?

  13. Il s’agit du tome 13.

  14. P 76 et 78 pour être plus précis.

  15. Bonjour,

    Je ne parle que pour ma pomme. Les fans sont avant tout hypocrite :-p

    Je suis un peu un gaijin et le suis presque devenu après une bonne dizaine d’année à regarder des animés, parler avec des japonaises, lire des mangas, et être aller au Japon. La culture du monde japonais et des bizarrerie des japonais ne m’étonne donc plus. J’en accepte les avantages et les inconvénients.

    Certains fans sont habitués à parler/bredouiller du japonais, et mixe les animés sub FR/UK/JP s’en se souvenir après de quelle langue il s’agissait en sub, voir même s’il y en avait un.

    Si, comme je le pense, les « grands fans » ont fait comme moi : voir 3 animés de Claymore, lire les 12 tome en scan trad, fini la série animée, continue les scan trad, et ont tenté d’acheter le manga qui sort en France; dans le magasin, cela n’a donné qu’une série d’onomatopée : « BEURK, GRAAAAHH, AARRGHH, MAIS NANNNNN, RRRRR…. ». Et les acheteurs ont finit par reposer le tome dans l’étalage, et sont repartis mortifiés, pensant qu’ils allaient casser leur tirelire et prendre 5 Tomes d’un coup.

    Pourquoi ? Parce que l’on veut être des gaijin et lire en japonais ! Le problème, c’est que lire les hiragana et katakana ca va encore (pour certains), mais les kanji; c’est la misère à moins de faire 1 an de cour du soir ou d’acheter un traducteur (et encore). Donc on veut des manga mixtes qui nous aide à apprendre le japonais. Pas des mangas épurés du japonais !!! C’est la tout le problème.

    Et comme nous sommes une minorité, on passe à la trappe. Le problème c’est que nous sommes les plus grand fans. Donc vous vous tirez dans le pied en francisant ce manga. On ne peut que conseiller aux autres de ne pas acheter la version francisée. Et comme vous le savez, un client mécontent parle 10 fois plus qu’un client content…

    Je pense avoir expliqué ma vision du manga en france : il y a les « Jeunz », les mordus, et des timbrés qui veulent apprendre le japonais en lisant des mangas ou en regardant des animés…

    Désolé moi je ne peux pas acheter ce manga. C’est 15 Tomes et plus, qui ne rapporterons pas de bénéfice permettant de sortir d’autres mangas.

    Mais c’est pas faute d’avoir essayé car je sais le boulot de cela représente, vu que j’ai fait du fansub dans le passé.

    Bon courage pour la suite de ce manga.

    Koj

  16. « Je suis un peu un gaijin et le suis presque devenu après » ==> tu peux me dire ce que ça veut dire au juste? Un « gaijin » (外人) est un étranger du point de vue d’un Japonais… enfin bref…

    Je voulais réagir parce que je ne pense pas que traduire un mot en le « francisant » (à l’écrit) soit si grave que ça… Je ne vois pas en quoi ça gâte le plaisir de suivre l’histoire ou bien que ça change la trame de l’histoire.
    La vérité c’est qu’on peut très bien oublier que tel ou tel personnage ait changé de nom (qu’à l’origine on avait Teresa et qu’en « francisant » ça donne « Thérèse »). Et je pense que ceux que ça arrête ne sont pas les véritables « grands fans » de Claymore.

    Si c’était de si grands fans, alors juste les images devraient les satisfaire, même s’il n’y avait aucun texte sur lequel s’appuyait…

    Voilà, donc encore une fois, bonne continuation aux traducteurs/trices.

  17. […] Lettre des traducteurs aux fans de Claymore […]

  18. Hum, un peu tard…

    Dire que certains ont pourris la vie… juste parce qu’ils pouvaient pas blairer un gars…

    La trad n’est pas au point c’est sûr…

    Mon dieu… dire qu’il aura toujours raison le bougre… ça fait peur!

  19. Buy all super bowl 49 jerseys for men, women and youth sale from china free shipping. Order more to get big surprise.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :